Home » BLOG » Adaptation et débrouille

Adaptation et débrouille

2ème semaine de formation pour les 18 guides de la vallée du Tsaranoro. Après un petit week-end de répit nous retrouvons nos stagiaires pour la seconde partie du programme, en pleine forme, comme toujours !

Si la première semaine de formation, était plus axée sur l’apprentissage des gestes de premiers secours, la deuxième sera quant à elle, plus axée sur l’adaptation de ces techniques au milieu dans lequel évoluent les guides au quotidien. Les formations de premiers secours que nous proposons en France sont parfaitement adaptées et constamment réévaluées, mais il en est tout autre chose pour Madagascar. Aucun  organisme de secours n’existant sur toute l’île, le guide sera peut être le premier maillon de la chaîne de secours, mais en sera aussi  le dernier. Difficile donc de leur enseigner les bons réflexes « d’appeler les secours »  et d’une alerte précoce, vu qu’après cette formation, les guides seront les plus qualifié dans cette discipline. En revanche, le reflexe d’un « appel à l’aide », aux autres guides, aux porteurs, ou aux habitants du village le plus proche, semble bien plus adéquat. L’entraide et le travail en équipe, porte donc tout son sens dans cette vallée si éloignée.

Une fois une victime à l’abri du danger, protégée du froid ou du soleil, et une fois stabilisée, elle doit  -selon son état- être évacuée vers une structure de santé. Et c’est aussi aux guides d’en assurer la bonne conduite. Le dispensaire de la vallée ne disposant que de très peu de moyens pour prendre en charge des pathologies lourdes, il est possible qu’une victime doive être transférée jusqu’à l’hôpital d’Ambalavao, qui se situe à 60km du dispensaire. L’organisation d’un transport sanitaire est donc lourde en logistique mais aussi en finance.

Si certaines évacuations peuvent se faire à bras d’homme ou sur le dos à l’aide d’une corde, d’autres nécessitent l’utilisation d’un brancard pour garantir une position optimale selon la gravité de l’état de la victime : position à plat dos, position latérale de sécurité… Ne disposant d’aucun brancard ou civière dans la vallée, il est donc nécessaire d’apprendre aux guides comment confectionner un brancard de fortune, en se débrouillant avec ce qu’ils ont autour d’eux : du bois, de la corde, des t-shirts, une couverture… Il en est de même pour l’immobilisation d’un membre traumatisé, ou une suspicion de lésions aux cervicales. Même si nous leur laisserons le matériel de formation après notre départ, ils n’auront pas forcément ce matériel avec eux lors de trek. Faire au mieux avec le peu qu’on a, voilà une notion indissociable au travail qu’effectuent les guides en milieu isolé.

Contents de voir que nos guides ont pu trouver d’eux-mêmes différentes techniques  pour confectionner des brancards avec les moyens du bord, nous avons procédé à une après-midi de pratique sur le terrain. Au programme : immobilisations, fabrication de brancards, relevage, brancardage, passages d’obstacles…et tout cela, en équipe ! Une séance enrichissante et constructive, qui nous en sommes convaincu, aura consolidé la cohésion entre les guides de la vallée.

A suivre !

A lire encore !

Vidéo | Mada Mamonjy, une formation de secourisme en milieu isolé, à Madagascar

Retour en image, sur le projet Mada Mamonjy, réalisé en mai 2015. Une formation de secourisme en milieu isolé, pour les guides malgaches de la vallée du Tsaranoro.

FR-39 Via du Regardoir/ Lac du Vouglans (Moirans-en-montagne)

Perdue dans le Jura lointain, située à mi-chemin entre Saint-Claude et Lons-le-Saunier, sur la commune …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

captcha

Please enter the CAPTCHA text